Hôtel L'Amirauté*** Brest

  • Hôtel L'Amirauté*** BrestHôtel L'Amirauté*** Brest
  • Hôtel L'Amirauté*** BrestHôtel L'Amirauté*** Brest
  • L'entrée de l'hôtelL'entrée de l'hôtel
  • Notre réception ouverte 24h/24Notre réception ouverte 24h/24
  • Le bar de l'hôtelLe bar de l'hôtel
  • La Chambre Confort DoubleLa Chambre Confort Double
  • Les chambres Confort avec 2 lits simplesLes chambres Confort avec 2 lits simples
  • Des chambres spacieuses au confort exceptionnelDes chambres spacieuses au confort exceptionnel
  • Des équipements de qualitéDes équipements de qualité
  • Nos chambres communicantes parfaites pour vos séjours en familleNos chambres communicantes parfaites pour vos séjours en famille
  • Plateau courtoisie dans toutes les chambresPlateau courtoisie dans toutes les chambres
  • Un cadre agréable et cosyUn cadre agréable et cosy
  • La salle petit-déjeunerLa salle petit-déjeuner
  • Un cadre agréable et cosyUn cadre agréable et cosy
  • La cuisine du Chef et ses spécialités de poissonLa cuisine du Chef et ses spécialités de poisson
  • Passons au dessert !Passons au dessert !
  • Nos salons privatisables pour vos dîners d'affairesNos salons privatisables pour vos dîners d'affaires
  • Les salonsLes salons
  • Les salonsLes salons
  • Les salons Les salons
Toutes les photos
3 Etoiles
Hôtel L'Amirauté*** Brest

Hôtel L'Amirauté*** Brest
41 rue Branda
29200 Brest

Tél. : +33 (0)2 98 80 84 00
Fax : +33 (0)2 98 80 84 84

Réservez

Profitez d'une promo

  •  
     
    55 €
    174 €

    Par budget max

Recevez nos offres en avant-première

Partagez cette page

>> Accueil >> Hôtel L'Amirauté*** Brest >> Autour de l'hôtel >> Brest et sa région : L'agenda

L'agenda de Brest et sa région

Concert Brest / Nolwenn Leroy
Le 30/01/14

"Les Anglo-Saxons nomment cela hiatus ; les Français, plus intransigeants, « traversée du désert ». Fallait-il ou ne fallait-il pas s'inquiéter de l'excès de discrétion de Nolwenn Leroy depuis près de deux ans ? A l'écoute de son nouvel album à paraître le 7 décembre, Le Cheshire Cat et moi, et du premier titre qui en a été extrait, Faut-il, faut-il pas ?, la réponse s'impose : non. De retour d'un étonnant et audacieux voyage exploratoire, Nolwenn, avec imagination et à raison, avec la curiosité amusée et inquiète d'une certaine Alice chue dans un terrier psychédélico-kaléidoscopique, avec plume fantasque et voix fantasme, signe une révolution artistique bien sentie.

Après un premier album dans la droite lignée pop de son extraction staracadémique (une étiquette dont elle s'apprête à définitivement se défaire avec Le Cheshire Cat et moi), puis ses Histoires Naturelles imaginées avec Laurent Voulzy, l'élégante artiste a manifestement éprouvé le besoin de se ressourcer au-delà de la nature, pour aller pêcher, chasser, débusquer et apprivoiser la matière précieuse de son troisième album studio, inventif, acoustique, tendre, planant. Une légèreté musicale dont augure effectivement le savoureux premier single, Faut-il, faut-il pas ?, amené depuis ce Pays des Merveilles où le temps n'a pas cours par des sifflotements, claquements de doigts et percussions guillerets et folk. Autant d'insouciances sonores qui reviennent en une ritournelle désinvolte, à l'image des motifs de cette ode à l'indécision contenant un clin d'oeil au mythe nietzschéen de l'éternel retour : "Entre glaise et firmament, je suis un élastique/Qui s'étire, se tend, j'suis pas à mon aise/Tout est dilemme et tout est malaise (...) Je suis balance, Faut-il, faut-il pas/Y a belle lurette que j'ai décidé de rien décider".

"Entre mélo et comédie", en somme... Soit une comédie dramatique, une bande-son suggestive et onirique, qui sonne comme une réponse à l'insatisfaction initiale d'Alice - A quoi bon des histoires « sans images, sans dialogues » ? En écho aux motifs de quête initiatique de l'univers lewis-carrollien qui la fascine et l'a happée, Nolwenn Leroy semble avoir enfin trouvé son identité... en même temps que son pays imaginaire. Symboles de son nouveau terrain de jeu fantaisiste, les visuels composés par son ami le peintre Thomas Jacquet : outre celui qui sert de pochette à l'album, portraiturant une Nolwenn/Alice pimentée d'un zest de Tim Burton et de Ma Sorcière bien-aimée, les artworks du livret, du même tonneau (enfin... : du même pinceau), investissent cet eldorado musical."


Penfeld Route de Guilers 29200 Brest

Proposé par Franck, Chef de Réception